Légende urbaine

De Encyclopédie Touhou-Online

Aller à : navigation, rechercher

Une légende urbaine (都市伝説 Toshi densetsu) est une histoire moderne propagée de bouche à oreille ou par des moyens contemporains comme Internet. N’étant pas limité qu'aux zones urbaines, le terme permet de distinguer les légendes modernes d’autres histoires fictives classiques. Les légendes urbaines se présentent souvent comme des histoires d’horreur, des récits pédagogiques ou moralisateurs.

Légendes urbaines dans Touhou

Dans les chapitres 14 et 15 de Forbidden Scrollery, les kappa se servent des sept mystères de Honjou, un ensemble de légendes urbaines, et utilisent le phénomène des légendes urbaines pour répandre des rumeurs afin de dissimuler leurs activités à l’étang Abandonné et au village des Humains.

Dans le chapitre 26 de Wild and Horned Hermit, un jinmenken sans nom fait pour la première fois son apparition. Dans ce même chapitre, Marisa Kirisame pense avoir vu une vieille dame vendant des jambes coupées. Mamizou explique alors que ces histoires sont des légendes urbaines, les premières désignées comme telles à la Terre des Illusions. Mais parce qu’elles se répandent généralement à travers les commérages des enfants du monde Extérieur, leur existence est faible et leur raison d’être font qu’elles sont relativement inoffensives, donc différentes des youkais. Pour les contenir, il suffit simplement de détourner la rumeur. Par ailleurs, Kokkuri-san, un jeu divinatoire conçu pour demander à des esprits faibles de répondre à des questions, est utilisé par les enfants du village des Humains dans les chapitres 26 et 27 de Forbidden Scrollery. Cela a incité Kosuzu Motoori et Marisa Kirisame à jouer à un ouija, l’équivalent occidental de Kokkuri-san, pour répandre la rumeur que le jeu ne fonctionnait pas, et faire baisser sa popularité.

Dans Urban Legend in Limbo, il est dit que les boules de cristal ont quelque chose à voir avec la propagation des légendes urbaines incluant celles présentées dans Wild and Horned Hermit. Les personnages du jeu se sont appropriés les légendes urbaines et les utilisent pour leur compte. Mais pour certaines, il ne s'agit pas de légendes urbaines à proprement parler. Celle de Mononobe no Futo par exemple est une vieille tragédie classique du nom de Banchō Sarayashiki dont le personnage central est Okiku, et la patte du singe de Kasen Ibara est à l'origine une courte histoire du même nom publiée au début du 20e siècle.

Les autres légendes urbaines utilisées par les personnages du jeu sont : la femme des interstices (隙間, sukima-onna) (Reimu Hakurei), les sept mystères de l’école (Kirisame Marisa), Hasshaku-sama (Ichirin Kumoi), le manteau rouge (赤マント, Aka manto) (Toyosatomimi no Miko), mamie turbo (ターボばあちゃ Turbo Baachan) (Byakuren Hijiri), la Kuchisake-onna (口裂け女) (Hata no Kokoro), Mary (メリーさん, Merry-san) (Koishi Komeiji), Nessie (Nitori Kawashiro), les hommes en noir (Mamizou Futatsuiwa), la combustion spontanée (Fujiwara no Mokou), et les petits hommes verts (Shinmyoumaru Sukuna).

Voir aussi